Après avoir rencontré Mathilde et Emmanuel à Londres, c’est Lucie que je retrouve du côté du London Bridge sous une pluie diluvienne. Diplômée en 2010 du BBA La Rochelle, elle est installée dans la capitale britannique depuis 2008. 

Originaire de Tours, Lucie intègre le BBA La Rochelle en 2006. Pour effectuer son premier stage, elle se rend à Barcelone dans une entreprise d’import-export. Ensuite, et avant tout pour améliorer son anglais, elle choisi Londres pour son année d’expatriation. A la Southbank University, au sud de Londres, elle étudie le business & marketing, et termine son année par l’obtention d’un double diplôme. « J’étais très bien à Londres, je n’avais pas envie de partir, donc j’ai décidé de faire mon deuxième stage ici ». 

En dernière année, elle rentre à La Rochelle pendant cinq mois et choisi la spécialisation en achats internationaux et logistique. Son diplôme en poche, elle repart à Londres pour chercher du travail.

Coup de cœur pour Londres

« Quand on arrive à Londres avec peu d’expérience, mais qu’on connaît la langue et qu’on est un peu débrouillard, on peut trouver du travail dans la vente. » explique Lucie. Son premier emploi, elle le trouvera chez Corbis Image, en tant qu’Account manager.

« Mes clients étaient des éditeurs de livres. J’ai travaillé avec le top 30 des éditeurs de beaux livres, de livres photo, etc. Ce travail s’est présenté complètement par hasard mais m’a beaucoup plu. Je me suis rendu compte que c’était là que je m’épanouissais : en construisant une relation à long terme avec un client, avec l’aspect relationnel mais aussi la négociation au niveau des tarifs. »

Après cette première expérience réussie, Lucie se voit offrir une nouvelle opportunité, chez le Guinness World Record comme Commercial account manager,poste qu’elle occupe encore aujourd’hui.

Alors qu’elle travaillait principalement avec des clients français chez Corbis Image, elle travaille maintenant avec toute l’Europe de l’ouest : Pays bas, Belgique, France, Portugal Espagne, Italie, Grèce, et Suisse. Son quotidien se conjugue en français, en anglais et en espagnol. Et son équipe est aussi très mixte puisque Lucie travaille avec des Anglais, des Australiens, des Russes, des Danois…

Le BBA La Rochelle pour associer business et langues étrangères

Après l’obtention de son bac, Lucie avait tenté une année de fac, mais la méthode d’apprentissage ne lui convenait pas.

« Dès le lycée, je savais que je voulais faire quelque chose lié au business et les langues me plaisaient aussi beaucoup. Le BBA La Rochelle alliait bien les deux aspects. C’est le seul concours que j’ai passé. »

Lors du concours, elle est séduite par l’école. La première année confirme son engouement.

« Les deux jours de concours m’avaient déjà beaucoup plu, puis ensuite j’ai apprécié la rencontre avec les élèves, la façon dont les enseignements étaient donnés et cette possibilité de partir, mais aussi d’avoir des cours à La Rochelle en langue étrangère. On avait des cours d’économie en espagnol par exemple. A la fac, il est aussi possible de partir en Erasmus mais il n’y a pas forcément de préparation au départ alors qu’à La Rochelle, il y a un accompagnement. »

L’Angleterre, « l’Europe sans être l’Europe »

Pour Lucie, l’Angleterre c’est « l’Europe sans être l’Europe » puisque le pays ne fait pas partie de l’espace Schengen « et cela fait une différence ». Lucie ajoute que l’Union européenne, c’est surtout « la libre circulation des gens, la possibilité de travailler sans visa dans un autre pays en Europe. »

Je clôture traditionnellement l’interview en demandant à Lucie si elle se sent européenne. Elle me dit y avoir réfléchi avant notre rencontre et se dit plutôt « française et citoyenne du monde ». 

« Je ne me sens pas européenne. Je me sens française et citoyenne du monde mais pas européenne. Je ne sais pas ce que cela veut dire d’être européen. Autant j’ai des choses en commun avec les Français, et j’ai des choses en commun avec tous les autres habitants du monde puisqu’on est tous des humains, mais pas plus avec les Européens que les gens des autres continents. »