Qu’on se le dise, l’Europe c’est compliqué. Et pas sexy. Alors, difficile de trouver de l’information sur les affaires européennes dans les médias. « Montrer comment l’Europe et ses décisions sont vécues au quotidien par les citoyens » : voilà l’objectif ambitieux que se sont donnés quatre jeunes journalistes bruxellois avec le projet Tremäa.  

 © Tremäa

© Tremäa

Tiphaine et Mathias se sont rencontrés en master de journalisme européen. Au cours de leurs études, on leur explique la nécessité de rendre l’Europe plus accessible, « expliquer un truc auquel personne ne comprend rien » en trouvant des approches citoyennes. En parallèle, ils réalisent qu’il n’existe pas vraiment d’offre de ce type là dans la presse existante.

« Cette approche était contradictoire avec la réalité. On s’est rendu compte que les médias qui pouvaient nous embaucher étaient des médias spécialisés, destinés à des professionnels et que les quotidiens n’avaient pas forcément de journalistes européens attitrés. » explique Mathias.

Alors, fraîchement diplômés, et accompagnés de Mathieu, journaliste, et Basile, réalisateur de films documentaires, ils créent l’ASBL (1) Citizen Motion pour mettre en commun leur volonté de créer des projets audiovisuels à dimension citoyenne. C’est dans ce cadre qu’ils décident de créer ce média dont on leur avait parlé pendant leurs études, mais qu’ils ne trouvent pas dans le paysage européen. C’est le début de l’aventure Tremäa. Un projet qui s’inscrit dans le « journalisme d’éducation permanente. »

« En France, on ne parle pas beaucoup de journalisme d’éducation permanente, en Belgique c’est très développé. L’idée c’est d’expliquer un sujet en profondeur, de le rendre accessible. » explique Tiphaine. « Et aussi de permettre au lecteur de se familiariser avec un sujet sans avoir tout suivi depuis le départ. De retrouver les bases, ce qu’on n’aura pas forcément dans un quotidien par exemple » ajoute Mathias. 

Un site internet d’information qui mêle vidéos, écritures, caricatures et infographies

Après avoir récolté 10 000 euros via une plateforme de financement participatif et remporté un appel à projet, les quatre journalistes lancent en mai dernier leur site pilote. Le TTIP, le big data, l’immigration et les énergies renouvelables sont les quatre thématiques qu’ils ont choisi pour démarrer.

© Tremäa

© Tremäa

Pour chaque thématique on y trouve un portrait citoyen en vidéo. Pour le TTIP par exemple, on fait la connaissance d’un agriculteur belge, plutôt remonté sur les impacts que le traité transatlantique pourrait amener sur son travail. Chaque sujet est ensuite décrypté et commenté dans un dossier écrit accompagné de témoignages audio et d’illustrations.

Mais le mieux est surement de jeter un œil au site.

Réduire le fossé entre les institutions et les citoyens 

Je demande à Mathias et Tiphaine si l’euroscepticisme grandissant est lié à la mauvaise presse de l’Europe. Pour eux, ce n’est pas la seule raison.

« C’est certainement lié aux médias, mais il y a aussi un manque d’un intérêt de la part des gens. Cela leur semble lointain, et les médias ne relaient pas assez bien le fait que les trois quarts des décisions nationales relèvent de décisions européennes. » explique Tiphaine.

Après avoir lancé ce pilote, la petite équipe travaille maintenant sur l’avenir du projet. « On prévoit de faire évoluer le site par thématique – commerce, environnement, par exemple – mais toujours avec cette approche éducation permanente. » Un projet à suivre…

Pour en savoir plus : 

© Tremäa

© Tremäa

 

(1) Association sans but lucratif